Tout savoir sur l’API de Google Suggest et ses champs d’applications

Google Suggest API

Tout savoir sur l’API de Google Suggest et ses champs d’applications

Google Suggest API

Comme nous l’avions assez répété, les professionnels du référencement n’ont qu’un principal souci, et c’est la visibilité. En effet, c’est une notion plus qu’importante dans leur domaine. D’ailleurs, c’est ce qu’ils comptent améliorer en intégrant Google.  Nous avons vu passer plusieurs méthodes toutes plus efficaces les unes que les autres avec leurs avantages et leurs inconvénients. Sans parler des méthodes mises en œuvre pour leurs utilisations telles que les Google Suggest API.

Mais présentement, nous allons parler de Google Suggest et de son API après avoir parlé de Google Suggest Tool la semaine dernière.  Un outil qui, soit dit en passant, profite autant aux référenceurs qu’aux utilisateurs. En effet, celui-ci a été conçu dans un but bien précis : accélérer la recherche effectuée par les internautes.

Google Suggest en image

Entrons à présent dans le vif du sujet. D’abord, vous vous demandez sûrement ce que c’est encore que ce fameux Google Suggest ? Quelque chose de nouveau qui va vous embrouiller l’esprit avec toutes les méthodes à suivre ainsi que les diverses manières de faire à assimiler.

Que tout le monde se calme, ce n’est pas quelque chose de nouveau. En réalité, c’est quelque chose que vous connaissez et dont vous bénéficiez pour toutes les recherches que vous effectuez. En effet, il s’agit des suggestions automatiques de Google lorsque vous faites vos recherches en tapant dans la partie indiquée.

Google suggest exemple

Pour être plus précis, il faut directement en faire une petite simulation. Rendez-vous sur la page d’accueil de Google et ensuite tapez le mot ou les suites de mots qui vous intéressent. Là, vous remarquerez qu’au fur et à mesure que vous inscrivez un mot, le moteur de recherche va proposer des expressions pour compléter votre requête. Et, c’est ce phénomène qui est appelé Google Suggest API. Finalement, il aide les utilisateurs dans la formulation de leur requête tout en leur faisant gagner du temps.

Ces suites de mots qui vous sont soumis ont de multiples sources. Ils peuvent résulter de vos précédentes recherches, des actualités les plus populaires du moment ou encore des termes les plus tapés par les internautes. En fait, ces mots et expressions affichés par Google Suggest peuvent alors servir de bonnes pistes pour les professionnels du marketing dans le choix des mots-clés pour un meilleur référencement de leurs sites.

Les débuts de Google Suggest

Cependant, qu’on soit bien d’accord, ceci n’est pas une nouveauté ni encore une nouvelle fonction instaurée par Google. En réalité, le concept a déjà été mis en place depuis plusieurs années bien que son utilisation ait été quelque peu problématique.

Il faut dire que le géant Google n’avait pas cette forme épurée et plus développée que celle d’aujourd’hui. En fait, il présentait le même concept, mais avec des ajouts de détails qui ne sont pas vraiment clairs et n’ont permis dans l’ensemble que d’embrouiller un peu plus les utilisateurs. Avant, à côté de chaque suggestion était indiqué le nombre de résultats correspondant à la requête de l’internaute. Ce qui a causé du malentendu. En effet, les utilisateurs ont tendance à penser que ceux-ci indiquent le volume mensuel de recherche.

Heureusement, maintenant, et ce, à partir de 2004, la donne a changé et Google a rectifié le tir. Ce qui offre une méthode de recherche plus optimisée et répondant aux besoins du moment. Et, le tout en étant adapté à l’utilité auxquels aspirent les utilisateurs des deux côtés que ce soit au niveau des internautes ou des professionnels eux même. C’est comme ça qu’est né Google Suggest API.

Le classement des suggestions de Google

En effectuant vos recherches, comme nous l’avions mentionné, Google vous suggérera quelques formulations de requête parmi lesquels vous allez pouvoir porter votre choix. Celles-ci peuvent tomber juste sur ce que vous recherchez ou bien sur toutes autres choses.

Ces mots ou groupes de mots suggérés ne se font pas au hasard. C’est là que le fameux algorithme de Google entre en jeu. Mais de toute manière, cela dépend de la façon dont vous aviez pu utiliser cet outil jusqu’à maintenant. Ainsi, nous en avons plusieurs qui répondront à votre demande selon les circonstances :

La fréquence des requêtes.

Pour ce premier critère, Google va prendre en compte les recherches que la plupart des utilisateurs ont effectuées. Ils se baseront de ce fait sur ces résultats. Effectivement, bien que nous soyons des milliards sur la planète, certains groupements vont se renseigner sur les mêmes sujets. Par exemple, mettons les référenceurs qui sont éparpillés presque partout. Et bien, peu importe où ils se trouvent, leurs sujets de recherche ne vont pas être si différents que ça. Alors Google Suggest va leur suggérer des termes y référant pour peu que la personne commence à écrire ce qui l’intéresse.

L’historique des recherches

Ensuite nous avons ce deuxième critère qui est beaucoup plus personnel. En effet, sur ce point, ce sera vos recherches personnelles qui seront prises en compte. Mais heureusement sous certaines conditions. Il faudrait pour cela que vous soyez obligatoirement connecté directement à votre compte Google. Sinon celui-ci ne pourra pas faire de liens directs, donc aucune suggestion.

Donc, si à un moment donné vous êtes allé en catimini consulter un site disons par exemple pas du tout recommandé ou bien si vous avez fait une recherche référant, vous allez à coup sûr être démasqué, car le moteur de recherche va l’associer à votre historique personnel.

L’actualité populaire

N’oublions pas que les journaux ne sont pas l’unique source pour connaître l’actualité. De nos jours, il suffit d’aller sur la toile, effectuer quelques clics et vous voilà informé de tout. Dans le cas de l’actualité, nous ne parlons pas seulement d’un groupement d’individus recherchant les mêmes informations. Encore moins d’une recherche personnelle. Ici, il s’agit surtout de quelque chose qui intéresse les internautes pratiquement au même moment et dans une même période limitée dans le temps.

Prenons exemple sur la mort du célèbre styliste Carl Lagerfeld. Le jour où cela est survenu, et les jours d’après, les moteurs de recherches ont pratiquement explosé. Ceux qui savent de qui il s’agit vont se renseigner plus. Et ceux qui ne le connaissaient pas vont chercher à le savoir.

Pendant ces temps donc, Google Suggest suggère des résultats de recherches ayant rapport avec sa mort, son héritage, sa biographie ou encore, star du moment, Choupette. Ce qui facilite considérablement les recherches.

La position géographique

Pour terminer, le dernier critère et pas des moindres, la suggestion va dépendre de la géolocalisation. Cet élément entre en jeu surtout si vous effectuez des recherches en mentionnant votre localité ou si vous voulez savoir une information sur un lieu précis.

Sauf bien entendu s’il lui est impossible de déterminer où vous vous trouvez ou bien si vous localiser lui est difficile.

Mais en général, si vous faites une recherche en mentionnant un lieu donné, les résultats se feront plus simples, car Google Suggest API vous facilitera la tâche. Il vous suggérera tout ce qui sera pertinent et en rapport avec le lieu indiqué.

Les suggestions semi-automatiques exclues par Google

Les utilisateurs de Google sont diversifiés : hommes, femmes, adultes, enfants, musulmans, chrétiens, etc. Tout le monde ne sait pas utiliser les moteurs de recherche à bon escient. Certains vont s’en servir dans un but malveillant visant à faire du mal ou bien à porter préjudice à son prochain. En ce qui concerne les enfants ou les mineurs, ils ont besoin d’être freinés dans leurs soifs de savoir. Car oui, il y a un âge pour tout et pour certaines informations, il est nécessaire d’attendre un peu. C’est-à-dire au moins, atteindre l’âge légal.

C’est justement pour pallier ces quelques éventuels écarts que Google Suggest API a émis quelques conditions dans l’utilisation de cet outil. Il a pour ainsi dire censuré les suggestions pour certaines recherches qui sont contraires à la morale et au respect des individus.

Les prédictions concernant des sujets bien précis dans ce cas ne peuvent être la source d’aucune suggestion. Google ne va pas lever le moindre petit doigt pour faciliter votre recherche, encore moins pour vous aider.

Sujet à caractère sexuel bien défini

Nous ne parlons pas ici de tout sujet ayant rapport à la sexualité. Il n’est pas non plus question de laisser les gens dans l’ignorance la plus totale. Il s’agit surtout de pouvoir limiter l’accès à des pratiques répréhensibles et condamnées par l’opinion publique. C’est le cas par exemple de la pornographie infantile ou bien à caractère sexuel pourtant réprimé. Ceci dans le but de limiter et de ne pas encourager ce genre de pratique.

Si la recherche se fait dans un but éducatif, religieux ou autre, qui ne suggère pas une utilisation louche ou détournée, c’est sûr que l’interface de programmation ne va pas effectuer de censure dans ce cas. On parle ici des requêtes concernant l’anatomie humaine ou d’éducation sexuelle. C’est pour cela que l’utilisation de termes scientifiques par exemple ou bien des recherches bien précises ne vont pas être exemptes de suggestions.

Par contre, dans le souci de protéger les enfants, Google Suggest a décidé de ne pas afficher des suggestions s’y rapportant.

Sujet en rapport à la haine, à l’encontre de groupement d’individus, ou de race donné

Nous savons tous à quel point la haine envers autrui, surtout d’une autre race, religion ou couleur a causé de dégât ces derniers siècles. Cela reste tout aussi valable concernant l’orientation sexuelle, le handicap et bien d’autres encore. Cette terrible pratique a mené le monde plusieurs fois au bord du gouffre. Ces actes sont également réprimés par Google qui n’effectue dans ce cas aucune prédiction dans ce sens.

Sujet en rapport à la violence

Si vous comptez faire des recherches sur la violence ou ce qui y a trait, vous risquerez d’être déçu. Google Suggest ne va pas faire de suggestion. Et cela est valable pour toute incitation y ayant référence, des descriptions ou actes menant à des actions de ce genre.

Sujet sur les activités dangereuses ou répréhensibles

D’un autre côté, les activités à risque ou franchement dangereuses ne vont pas non plus être cautionnées.

Cependant, même si le terme de votre recherche ne concerne aucun de ces points, il se peut qu’aucune suggestion n’apparaisse. Ne paniquez pas, cela peut être dû à une erreur de manipulation ou par manque de précision. Il vous suffit dans ce cas de rectifier ce que vous avez tapé et il doit donner des résultats. Le cas échéant, le mot-clé tapé pourrait s’agir d’une requête rarement effectuée par les internautes ou encore trop récente. Google a besoin d’un petit laps de temps avant de pouvoir donner des suggestions intéressantes.

Les risques juridiques liés à Google Suggest

Pour pallier tout problème sur le plan juridique, Google a assuré ses arrières en précisant et en expliquant le contenu et le principe de ces suggestions. En effet, il n’y a rien de pire pour une aussi grande compagnie que d’être imbriqué dans un engrenage judiciaire.

Imaginez que chaque compagnie, enseigne ou marque se sentant lésée par une quelconque suggestion de Google porte l’affaire en justice. Celui-ci risque de voir sa responsabilité civile engagée. Et la bataille risque d’être rude étant donné les sommes énormes mises en jeux. Sans parler du coup porté à la notoriété du moteur de recherche. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé en 2009.

▼ Exemple de bataille juridique

En effet, deux entreprises : Direct Energie et CNFDI (Centre National Privé de Formation à Distance) ont eu recours à la justice contre Google à cause de l’expression suggérée par celui-ci qui portait atteinte à l’image de leurs sociétés. Quand un internaute tapait leurs noms dans la barre de recherche, Google suggérait le mot « arnaque » en tête des dix termes de recherche proposés. Ce qui a évidemment déplu au fournisseur d’électricité et à CNFDI et les a poussés à engager une action en référé contre le géant de Mountain View.

Cependant, les deux tribunaux ont rendu des décisions de justice contradictoires. En effet, bien qu’il s’agisse du même fait, Direct Energie a fondé ses demandes sur la responsabilité civile pour faute de Google, tandis que CNFDI a plutôt invoqué le caractère injurieux du terme « arnaque ».

Dans la première affaire, Le tribunal de Commerce de Paris a condamné Google à enlever le mot « arnaque » après le nom de la marque des suggestions de recherche sous 8 jours sous peine d’une astreinte journalière de 1000 €. Il a aussi affirmé la participation au moins indirectement  du moteur de recherche à une campagne de dénigrement de Direct Energie. Cependant, en appel, Google n’était plus contraint de retirer le mot arnaque, mais plutôt de faire connaître aux internautes le fonctionnement de Google Suggest API.

Un deuxième cas

La deuxième affaire a par contre été favorable pour Google étant donné que le TGI a mis en avant l’importance de la liberté d’expression. Il a également souligné que l’expression «  CNFDI arnaque » ne pouvait pas être qualifiée d’injure. Il ne s’agissait pas d’une « volonté consciente et délibérée » de la part de Google.

Bref, c’est justement dans le but de se prévaloir et de se protéger de ce genre de situation que Google a anticipé en précisant le mode de fonctionnement et l’outil utilisé pour ces suggestions, en l’occurrence : l’API. C’est pour cela qu’il ne cesse de souligner le caractère automatisé de sa fameuse application qui ne prendra en compte que des fonctions statistiques et objectives.

En tout cas, cela aura le mérite de freiner les ardeurs des dites sociétés en criant à chaque fois au scandale alors qu’il n’y a pas réellement lieu d’être.

Les suggestions pour l’e-réputation

Nous savons que si certains mots-clés sont proposés en tête de liste dans Google Suggest, c’est grâce à leur popularité. Or ces suggestions peuvent influencer l’internaute dans la saisie de sa requête, raison pour laquelle il est important de se positionner sur les propositions les plus stratégiques.

Si vous voulez alors connaître le contenu qui intéresse votre cible, vous pouvez vous baser sur les Top 10 des mots-clés Google Suggest associés au nom de votre entreprise. On va prendre ici comme exemple les entreprises françaises les plus valorisées en bourse. Pour cela, il est nécessaire de récupérer et d’analyser les Google Suggest du CAC 40 All-Tradable. Il s’agit d’un indice boursier qui regroupe 330 entreprises cotées les plus importantes.

Le mot-clé « bourse » détient la première place dans Google Suggest. Cela signifie que beaucoup de gens recherchent des informations pertinentes pour éclairer leur décision de miser ou non sur les valeurs boursières représentées par les entreprises. Viennent ensuite « recrutement » ou des noms de ville et de pays, qui reflètent le souci des internautes d’obtenir des informations sur les filiales locales et les emplois disponibles.

Google Suggest API pour la réputation en ligne

Ces mots-clés restent relativement neutres, ils sont peu susceptibles d’apporter du trafic qualifié et n’impactent pas l’image de l’entreprise. Par contre, il existe certaines suggestions, et donc des requêtes fréquentes, qu’il est préférable de soigner. Parmi ces mots-clés importants figurent ceux qui se rapportent à la marque, aux avis et aux promotions, qui font tous partie du top 10 des suggestions associées aux noms de ces grandes sociétés.

Il est indispensable de se positionner sur la requête nom+marque afin de capter immédiatement l’ensemble du trafic lié à votre marque. Cela évite aux internautes de se tourner vers d’autres sites où ils pourraient trouver des avis négatifs sur vos produits. Même chose pour les avis : l’entreprise devrait prévoir des pages sérieuses concernant l’avis des clients pour fournir aux lecteurs des informations exactes.

Il existe des sites qui publient des détails erronés, le positionnement sur les mots-clés relatifs aux avis empêche d’alimenter le trafic vers ce type de contenu. Enfin, l’optimisation du volet « promotion » permet de réaliser des ventes directes, car les internautes se dirigent tout de suite vers votre site officiel au lieu d’aller vers les affiliés qui rognent une partie de vos marges.

Les outils API pour Google Suggest

Il est important de noter ici que l’API de Google Suggest est devenu désormais inaccessible. Du

moins pour le public. Néanmoins, étant donné leur efficacité, il serait dommage de faire une croix dessus. Comme le principe est ingénieux, c’est toujours une bonne idée de le réutiliser.

En effet, quelques outils n’ayant aucun rapport avec Google s’en servent afin de les réutiliser pour leurs capacités. Comme nous l’avions dit, c’est évidemment un excellent moyen de récupérer les mots clés surtout ceux de longues traînes. Si celles-ci sont présentes dans les suggestions, c’est qu’elles sont les plus populaires, les plus utilisées également. Donc le fait de les insérer dans les articles publiés sont susceptibles d’attirer le plus de visiteurs possible si vous vous en servez pour votre référencement. Nous avons ici Ubersuggest et keywordtool.io comme exemple des plus célèbres. Ils sont en grand nombre, mais nous verrons d’autres, plus bas.

Google autocomplete API

Le moteur de recherche de Google est muni d’une fonction d’autocomplétion: Google Suggest API. Il essaye de prédire la requête finale avant que l’utilisateur ait fini de taper. Durant des années, de nombreux développeurs l’ont intégré dans leurs plateformes. Ils se servaient pour cela d’un API non officiel et non documenté. Ce dernier n’imposait aucune restriction. Les initiés en abusaient donc plus ou moins. Ils ne se limitaient pas uniquement à son usage originel.

En 2015, Mountain View décidait alors d’en interdire l’accès au grand public. Le géant de la technologie le justifiait en disant qu’il l’a optimisé pour la recherche. Il estimait que le service n’était pas adapté pour un contexte différent. À la place, Google présentait d’autres alternatives.

La plupart l’utilisaient surtout dans les recherches propres à leurs sites web. Les visiteurs profitaient alors de cette fonctionnalité devenue familière. La compagnie leur propose tout simplement de se tourner vers « Google Custom Search ». Vous pouvez activer « autocomplete » dans son panneau de configuration.

De même, ce dernier est également accessible depuis les API de « Place ». Il offre des suggestions sur des adresses géographiques. Vous l’avez sûrement déjà croisé lors de vos tribulations sur « Google maps ». Il retourne en temps réel les endroits susceptibles de vous intéresser. Il aide à découvrir des lieux qu’ils ne connaissent pas encore.

La complétion automatique améliore l’expérience des utilisateurs sur une plateforme. Elle leur permet de fournir uniquement une description vague. C’est une des raisons pour laquelle elle est devenue omniprésente. En matière de référencement, vous ne pouvez donc pas vous passer de ces API offerts par Google.

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *